Lundi 21 mai 2018

« La Collectivité territoriale de Guyane doit rémunérer son évêque et ses curés comme des fonctionnaires » titrait récemment la presse française, indiquant que cet héritage colonial, illustration parmi d’autres d’une « laïcité à deux vitesses » — suivant les termes de l’hebdomadaire Marianne —, venait d'être jugé conforme à la Constitution par le Conseil constitutionnel. En effet, après la décision très commentée relative au statut des cultes alsacien-mosellan (décision n° 2012-297 QPC du 21 février 2013, Association pour la promotion et l'expansion de la laïcité [Traitement des pasteurs des églises consistoriales dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle]), le Conseil constitutionnel s’est prononcé dans une décision du 2 juin 2017, à nouveau dans le cadre d’une question prioritaire de constitutionnalité, sur un autre régime local des cultes, celui en vigueur en Guyane.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

Analyses du mois

Jacques Ehrenfreund, professeur ordinaire à la Faculté de Théologie et de Sciences des Religions de…
Combien de musulmans y a-t-il en Belgique ? Voilà une question qui a déjà largement défrayé…
En Italie, l’Église est toujours intervenue pour indiquer à ses fidèles en faveur de qui…
Du 26 au 28 février 2018 s’est tenu au Centre interdisciplinaire d’Étude des Religions et…
English historian Edward Gibbon devoted a long chapter of his monumental History of the Decline…
Le 21 février 1978, des ouvriers effectuant des travaux d’électricité dans le sous-sol du centre…
Aller en haut