Vendredi 19 avril 2019
Lundi 18 février 2019

Revue de presse, 18 février

Laïcité

« La question fait débat : quel doit être le financement des lieux de cultes ? En France, la loi de 1905 de séparation de l’Église et de l’État prohibe tout financement public, mais d’autres États ont choisi des régimes différents, à l’instar de l’Allemagne, où existe un impôt cultuel, ou la Belgique » — En Belgique, l'Etat finance la grand mosquée de Bruxelle (Juliette Beck, Public Sénat)

Eglise catholique

«’Cléricalisme’. Pour le pape François, c'est un mot qui désigne bien des maux : cette habitude du clergé à vivre en vase clos, sans contre-pouvoir, est l'un des facteurs ayant contribué aux abus, notamment sexuels, affirment plusieurs responsables et chercheurs» — Abus sexuels dans l'Eglise: le cléricalisme est "une clé importante pour comprendre la crise des abus sexuels" (Belga, La Libre Belgique)

Samedi 16 février 2019

Revue de presse hebdo, 16 février

Blasphème

Trente ans après la fatwa contre Salman Rushdie, le blasphème reste une arme politique — Le 14 février 1989, l’écrivain était visé par des appels au meurtre. Depuis, la liberté d’expression se heurte de plus en plus au fait religieux (Allan Kaval, Le Monde)

La Cour européenne des droits de l’homme interdit de décrire le prophète Mahomet comme un pédophile. En Suisse aussi, une telle déclaration est punie par la loi — Les athées veulent abolir le blasphème (Sibilla Bondolfi, Swiss Info)

Vendredi 15 février 2019

Revue de presse, 15 février

Vatican

"Journaliste à France Culture, Frédéric Martel s’apprête à publier une vaste enquête sur l’homosexualité des prêtres, évêques et cardinaux au Vatican" — Parution prochaine d’un livre d’enquête sur l’homosexualité au Vatican (Céline Hoyeau, La Croix)

"Le Vatican abriterait une des plus grandes communautés homosexuelles au monde selon le journaliste Frédéric Martel qui publie l'ouvrage 'Sodoma. Enquête au cœur du Vatican' aux éditions Robert Laffont" — Eglise et homosexualité : les lourds secrets du Vatican (France culture)

Jeudi 14 février 2019

Revue de presse, 14 février

Inde

"En Inde, plusieurs responsables chrétiens ont vivement réagi aux propos du gourou indien Baba Ramdev, qui a critiqué l’attribution de la plus haute distinction civile, le Bharat Ratna, à la sainte catholique Mère Teresa, de son vivant. Ces responsables estiment que le gourou populaire et influant tente de créer des divisions religieuses et d’induire en erreur la majorité hindoue" — Un gourou populaire critique une distinction conférée à Mère Teresa (EDA/Vanessa Dougnac, Missionsétrangères.com)

Indonésie

"L’évêque du diocèse d’Agats, dans la province de Papouasie dans l’est de l’Indonésie, a ordonné le premier prêtre de l’ethnie Asmat" — Le premier prêtre de l’ethnie Asmat ordonné en Papouasie (Missionsétrangères.com)

Mercredi 13 février 2019

Revue de presse, 13 février

Antisémitisme

"Les journaux dénoncent 'les égouts à ciel ouvert que sont devenus' les réseaux sociaux. Et déplorent les liens entre conspirationnisme et antisémitisme" — Antisémitisme : la presse dénonce le complotisme (Le Point)

"La France n'est pas un cas isolé, la montée de l'antisémitisme est quasi générale en Europe depuis dix ans, comme en atteste le baromètre européen de l'UE" — Des poussées de fièvre antisémite en Europe (Emmanuel Berretta, Le Point)

Mardi 12 février 2019

Revue de presse, 12 février

Suisse

"Le 10 février 2019, 55,1 % des votants du canton de Genève ont accepté la nouvelle Loi sur la laïcité de l’État (LLE). Celle-ci avait été adoptée par le Grand Conseil (parlement cantonal) en avril 2018, mais avait été contestée par des référendums" — Suisse : la nouvelle loi genevoise sur la laïcité – l’État doit-il s’occuper des religions ? (Jean-François Mayer, Religioscope)

"Un peu plus de 55% des Genevois ont accepté la loi. On est donc loin du plébiscite. Pas de quoi ternir la satisfaction de Pierre Maudet de voir acceptée cette législation" — «Ce oui à la laïcité est un jalon historique» (Eric Budry, Tribune de Genève)

Catégories associées:

Dans de nombreux pays, le religieux et le politique se croisent et la plupart du temps s’enchevêtrent au point de devenir indéfectiblement partie prenante d’une même dynamique. C’est le cas en Iran, en Arabie Saoudite, en Indonésie, etc. Dans d’autres comme la Belgique, la France ou l’Allemagne, c’est la séparation institutionnelle qui prime. Il y a toutefois des cas, comme la République démocratique du Congo (RDC), où les choses ne sont pas si claires. Alors que le principe de laïcité est clairement affirmé dans sa Constitution, dans les faits, son fonctionnement est celui d’un Etat théologico-politique qui articule de manière indistincte le religieux et le temporel.

Lundi 11 février 2019

Revue de presse, 11 février

Israël

"Les hommes haredim reçoivent une aide financière censée leur permettre de ne pas travailler pour se consacrer aux études religieuses.Mais son montant est insuffisant pour subvenir à leurs besoins. Beaucoup suivent des formations spécialisées pour trouver un emploi" — L’emploi des ultra-orthodoxes, un défi pour l’économie israélienne (Salomé Parent, La Croix)

France

"Pascal Balmand, secrétaire général de l’Enseignement catholique, détaille le redéploiement des moyens pour que les petits établissements puissent, si telle est la demande des élèves, offrir une large palette d’enseignements de spécialité, ces 'majeures' au cœur de la réforme du lycée" — Pascal Balmand : « Les lycées catholiques pourront proposer au moins sept spécialités » (Denis Peiron, La Croix)

Il y a quarante ans, les Iraniens mettaient un terme à une longue tradition impériale avant de se doter d’un système politique basé sur une idéologie : le velayat-e faqih, à savoir « la tutelle du juriste-théologien ». Cette idéologie fait du guide suprême religieux la pierre angulaire du régime. Pour autant, ni la révolution ni l’instauration postrévolutionnaire d’un chiisme institutionnel ne saurait valider la thèse – comme celle de Peter L. Berger (The Desecularization of the World, 1999) – consistant à voir dans le retour religieux sur la scène politique un phénomène de « dé-sécularisation ». En fait, l’Iran chiite, en rompant avec la politique du Shah a mis un terme à un type de sécularisation : celui du modèle occidental visant un rabattement du religieux dans la sphère privée, voire un effacement du religieux au profit d’une considération de la raison comme nouvelle source de toute norme.

Page 5 sur 175

Analyses du mois

Depuis la rentrée scolaire de septembre 2016 au niveau primaire, et celle de 2017 au…
Au Liban, le fait religieux n’est jamais du simple ressort de la sphère privée. L’assignation…
Le livre de Danny Trom (CNRS) Persévérance du fait juif. Une théorie politique de la…
En France, la question de « l'imamat féminin » est discutée depuis l'annonce, début janvier…
Dans de nombreux pays, le religieux et le politique se croisent et la plupart du…
Il y a quarante ans, les Iraniens mettaient un terme à une longue tradition impériale…
Aller en haut