Jeudi 22 février 2018

Récemment, l’Agence nationale de la recherche de France (ANR) rassemblait à Paris des spécialistes en sciences humaines et sociales afin qu’ils réfléchissent aux potentialités de la recherche sur la radicalisation. Sociologues, historiens, psychologues, politistes, juristes et anthropologues ont ainsi dressé un état des lieux des recherches (plus ou moins) scientifiques qui l’ont pris pour objet ces dernières années, tout autant qu’ils ont questionné les emplois et les sens du terme lui-même. Il ressort de ces discussions une interrogation majeure sur la pertinence, voire même l’utilité, pour les sciences humaines et sociales, de se saisir de ce mot comme concept opératoire pour décrire un quelconque fait social.

Informations supplémentaires

Publié dans ANALYSES

Analyses du mois

Le 21 février 1978, des ouvriers effectuant des travaux d’électricité dans le sous-sol du centre…
La communauté hassidique d’Anvers, qui trouve ses origines dans la spiritualité juive d’Europe centrale et…
Le quotidien communiste Il Manifesto a publié et assuré la promotion, en octobre 2017, cent…
Le politologue Philippe Portier, directeur du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL-CNRS), faisait récemment le constat…
Le Mouvement réformateur (MR, centre-droit) a annoncé le dépôt d’une proposition de décret visant à…
Le Freedom of Thought Report diffusé par l'International Humanist and Ethical Union (IHEU), l’organe représentatif…
Aller en haut