Français (Fr)English (United Kingdom)
RSS
Dimanche 19 Novembre 2017
AccueilANALYSESAfficher les éléments par tag: droit des religions
Bannière

Dans le numéro d'octobre de Pastoralia, la revue du diocèse de Malines-Bruxelles, le primat de Belgique, Mgr Léonard, a estimé que les divorcés devaient éviter les tâches qui les placeraient dans une position délicate ou difficile. Et de leur déconseiller d'enseigner la religion ou d'exercer une fonction de direction dans l'enseignement catholique.

Cette nouvelle sortie du primat de Belgique a aussitôt suscité la réaction courroucée, entre autres associations, du Collège des directeurs de l'enseignement fondamental catholique, de l'Union des fédérations des associations de parents de l'enseignement catholique (Ufapec) et du Secrétariat général de l'enseignement catholique (Segec) — ce dernier évoquant la discrimination à l'embauche.

« La Collectivité territoriale de Guyane doit rémunérer son évêque et ses curés comme des fonctionnaires » titrait récemment la presse française, indiquant que cet héritage colonial, illustration parmi d’autres d’une « laïcité à deux vitesses » — suivant les termes de l’hebdomadaire Marianne —, venait d'être jugé conforme à la Constitution par le Conseil constitutionnel. En effet, après la décision très commentée relative au statut des cultes alsacien-mosellan (décision n° 2012-297 QPC du 21 février 2013, Association pour la promotion et l'expansion de la laïcité [Traitement des pasteurs des églises consistoriales dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle]), le Conseil constitutionnel s’est prononcé dans une décision du 2 juin 2017, à nouveau dans le cadre d’une question prioritaire de constitutionnalité, sur un autre régime local des cultes, celui en vigueur en Guyane.

Analyses du mois