Mardi 18 juin 2019

Les origines religieuses des théories du complot (3/5)

Catégories associées:

L’Église est marquée par les réponses qu’elle offre aux désastres du monde — épidémies, violences naturelles, mais crises politiques aussi. La franc-maçonnerie s’inscrit à ses yeux dans ces calamités politiques, dans ce péril qu’on rapproche d’une menace naturelle, voire surnaturelle...

Les changements sociaux accélérés désemparent les tenants de l’ordre traditionnel, lesquels ne peuvent l’imputer qu’à des causes extérieures, incapables qu’ils sont d’en comprendre les fondements, leur conception de l’histoire et de la société étant manichéenne et providentielle. Cette conception suppose que le citoyen n’est jamais susceptible d’agir sur le cours des événements : il en est ainsi de la Révolution, qui se serait accomplie sans aucune action de la société, mais ne peut être que le produit d’une conspiration.

Les épigones de l’abbé contre-révolutionnaire Barruel n’ont en réalité qu’à transposer l’accusation portée à l’encontre de la Révolution française à d’autres événements politiques : les révolutions de 1830 et 1848, les mouvements nationaux de libération, la Commune de Paris, plus tard la Révolution bolchevique... Le complot politique ayant réussi, pour s’être incarné dans la Révolution française ou ses divers surgeons, la conspiration peut désormais se concentrer sur son objectif religieux, la destruction du christianisme.

Mais c’est la Révolution même qui se poursuit parce qu’elle est l’essence de la conspiration, sa forme perpétuée. Le terme de Révolution prend ici un sens quasi métaphysique : la thèse de nombre d’auteurs antimaçons, contemporains de l'encyclique Humanum Genus, est que la Révolution n’est pas seulement un événement, mais un travail lent et continu qui dissout la religion, la morale, le droit, la famille, la propriété, la hiérarchie sur lesquels la société a reposé de tout temps.

La Révolution manifeste le sacrilège, l’offense blasphématoire faite à la religion et à l’autorité que celle-ci sanctionne. Ainsi, la Révolution française, attribuée aux francs-maçons, a été le théâtre d’un événement que les catholiques français intransigeants assimilent symboliquement au déicide : le régicide de 1793, le péché de la France. Dans une partie de la littérature antijudéomaçonnique, le régicide a visé à substituer au souverain légitime un souverain d’usurpation imposé par la conspiration, régnant par le pouvoir de l’argent : Rothschild Ier. 

Dans la forme, le discours antimaçonnique sur la conspiration se révèle ainsi pleinement religieux, pétri de rhétorique apocalyptique et d’avertissements prophétiques : cette lecture mobilise une logique de décadence et y oppose une attente rédemptrice, la réalisation du Salut opérant par le combat contre les maçons et les juifs. Les travaux des abbés Chabauty et Rougeyron, notamment, qui s’inscrivent dans cette théologie visionnaire des révolutions et ce registre prophétique et apocalyptique, vont marquer la personnalité de Léon XIII et alimenter l’écriture anxiogène d’Humanum Genus.

Face à cette menace ontologique, c’est donc une Église de combat qui s’affirme, qui exige que chaque chrétien soit un soldat de la chrétienté assiégée par la Révolution. L’argumentaire sera à la Croisade rédemptrice, déploiera une rhétorique de guerre et un usage politique du surnaturel. L’appel est adressé aux guerriers du Christ rassemblés sous la bannière du chef des armées de Dieu, l’Archange Saint-Michel, Archange de Lumière en lutte contre le Prince des Ténèbres — Léon XIII avait, en 1880 déjà, chargé l’Archiconfrérie de Saint-Michel d’anéantir les sociétés secrètes et leurs projets infernaux.

La Vierge était apparue — parmi d’autres apparitions dans une France alors fort mariolâtre — à Pellevoisin, en 1876, pour dire que la France serait délivrée de l’emprise maçonnique et satanique. Comme Humanum Genus le proclame : « Demandons à la Vierge Marie, Mère de Dieu, de se faire notre auxiliaire et notre interprète. Victorieuse de Satan dès le premier instant de sa conception, qu’Elle déploie sa puissance contre les sectes réprouvées qui font si évidemment revivre parmi nous l’esprit de révolte, l’incorrigible perfidie et la ruse du démon ». 

Car c’est bien de cela qu’il s’agit : l’enjeu est sotériologique. La crainte absolue que suscite le plan démoniaque ne peut qu’entraîner une réponse proportionnelle et justifie donc le déchaînement de violence en retour — ce que reflètera notamment le langage de la Civilità Cattolica. Et l’Encyclique de marteler : « Notre devoir est de Nous appliquer à trouver des remèdes proportionnés à un Mal si intense et dont les ravages ne se sont que trop étendus ».

Jean-Philippe Schreiber (ULB).


Orientation bibliographique :

E. Poulat et J.-P. Laurant, L’antimaçonnisme catholique, Paris, Berg, 1994.

J. Rousse-Lacordaire, Rome et les Francs-Maçons. Histoire d’un conflit, Paris, Berg, 1996.

Dernière modification le Dimanche 7 octobre 2012

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Analyses du mois

À l’occasion de la deuxième édition du festival "La Religion dans la Cité" (Flagey, Bruxelles,…
À l’occasion de la deuxième édition du festival La Religion dans la Cité (Flagey, Bruxelles,…
À l’occasion de la deuxième édition du festival La Religion dans la Cité (Flagey, Bruxelles,…
À l’occasion de la deuxième édition du festival La Religion dans la Cité (Flagey, Bruxelles,…
C’est un comédien et humoriste inexpérimenté en politique, populiste pour d’aucuns, Volodymyr Zelensky, qui a…
Depuis la rentrée scolaire de septembre 2016 au niveau primaire, et celle de 2017 au…
Aller en haut