Samedi 21 septembre 2019
Mercredi 2 mai 2012

Littérature, religion et pouvoir : les écrivains syriens face au « printemps de sang »

Adonis Adonis c., Furiodetti, 2006

La mort de Mohammed Bouazizi, simple vendeur de rue, a entraîné l’année passée un soulèvement sans précédent en Tunisie, un pays connu pour la sévérité et l’efficacité de son système répressif. Le soulèvement en question a finalement conduit à la chute du régime de Ben Ali, en janvier 2011, et surtout il a inspiré bien d’autres peuples du Proche-Orient : les uns, en Egypte et en Libye, ont eux aussi poussé leurs dirigeants vers la sortie. D’autres ont eu moins de succès, à Bahreïn notamment, où la répression a pu contenir les velléités de changement d’une partie de la population.

Mais le cas qui retient l’attention des médias aujourd’hui est bien sûr celui de la Syrie, où les affrontements entre l’armée et une partie de la population durent depuis un an maintenant. En effet, le régime de Bachar Al Assad n’entend toujours pas céder le pouvoir si facilement, dans un pays où l’appareil d’état s’est toujours montré prompt à mater les aspirations de son peuple.

En Egypte, nombre d’écrivains ont rapidement rejoint la contestation lors du soulèvement de 2011, prenant position dans la presse comme Sonallah Ibrahim (dont le dernier roman, Turbans et chapeaux, a été traduit en français en 2011), parlant aux médias arabes et occidentaux comme Khaled Al-Khamissy – l’auteur de Taxi, paru en français en 2009 – rédigeant des poèmes à la gloire de la nouvelle révolution comme Hisham Al-Gokh, ou encore publiant ces derniers mois des essais sur la révolution, comme Ala Al-Aswany, auteur du fameux Immeuble Yacoubian et cofondateur du mouvement d’opposition Kefaya, dont les Chroniques de la révolution égyptienne viennent de paraître chez Actes Sud.

Ils avaient été devancés par quelques autres auteurs comme Mohammed Salmawy ou Mohammed Jibril, qui avaient en quelque sorte anticipé les événements de 2011 en publiant ces dernières années des romans décrivant des scènes de soulèvement en plein cœur du Caire, avec parfois un réalisme étonnant.

Qu’en est-il des écrivains syriens ? Nous nous attarderons sur les réactions de trois auteurs. Le premier, Adonis, est probablement l’un des poètes arabes contemporains les plus célèbres en Occident, auteur notamment de Mihyar le Damascène, paru en 1961. Il avait été sélectionné cette année pour le Prix Nobel de littérature, qui a finalement été attribué à Tomas Tranströmer. Adonis n’est pas un intellectuel détaché du monde : il a connu la prison en Syrie en 1955 en raison de ses positions politiques, ce qui le poussa plus tard à fuir vers le Liban, puis vers la France en 1985, pays où il vit encore aujourd’hui. Certes, ses poèmes ne sont pas à première vue des textes engagés, comme ceux du Palestinien Mahmoud Darwish par exemple, ils ressemblent plutôt à des odes mystiques. Pourtant, à bien y regarder nombre de ses vers véhiculent un message où l’auteur en appelle clairement à une société débarrassée du poids de la religion. Par ailleurs, il s’en est souvent pris, parfois de manière très vigoureuse, au despotisme et à l’extrémisme religieux présents dans le monde arabe lors d’entretiens ou à travers des articles de presse.

Pour cette raison, beaucoup d’intellectuels arabes attendaient de lui qu’il prenne position par rapport aux « événements » qui secouent aujourd’hui la Syrie. Adonis a bien pris la parole à quelques reprises, mais curieusement il a d’abord qualifié les faits comme étant une révolte « émanant des mosquées » avant d’exprimer ses craintes quant à l’apparition d’un régime islamique en Syrie si le gouvernement d’Al-Assad venait à chuter. Critiqué par de nombreux intellectuels arabes, il a finalement tancé le gouvernement syrien, mais beaucoup ont considéré que cette prise de position fut aussi tardive que molle…

Maha Hassan est une autre écrivaine syrienne, qui vit à Paris depuis 2005. Elle a commencé à écrire dans son pays d’origine, qu’elle a dû quitter à la fois à cause de ses origines kurdes, qu’elle ne met pourtant pas spécifiquement en avant dans ses écrits, et du contenu socio-politique de ses romans. Son dernier livre, Les filles de la prairie, encore inédit en français, traite de la question des crimes d’honneur au Proche-Orient, dont sont victimes les filles réputées avoir perdu leur virginité avant le mariage. Ces derniers mois, elle a publié plusieurs articles dans de grands journaux arabes dans lesquels elle a critiqué vertement l’absence de réaction des intellectuels syriens en exil, leur manque de soutien à leur peuple, visant en particulier Adonis. Maha Hassan appartient elle aussi au courant intellectuel laïque, ses écrits abordant notamment la question du conservatisme religieux d’une manière critique, ce qui ne l’empêche pas d’avoir une opinion tout à fait différente de celle d’Adonis quant aux événements qui secouent son pays d’origine.

Une deuxième auteure a adopté une position similaire : Samar Yazbek. Bien qu’appartenant à la même communauté confessionnelle que le président – les Alaouites, surreprésentés dans l’appareil d’état syrien – elle a décidé de dénoncer les excès du régime, à la fois dans ses écrits et dans son engagement « physique », puisque depuis un an elle a participé à plusieurs manifestations, a témoigné sous son nom dans la presse arabe, et a ensuite été arrêtée avant de finalement se réfugier en France. Dans ses romans, elle n’a pas non plus hésité à plusieurs reprises à critiquer le « système alaouite » de l’intérieur : dans son roman La boue, paru en 2005 et pas encore traduit en français, elle met en scène deux officiers opposés dans leurs visions politiques malgré leur appartenance commune à la communauté alaouite. Son dernier livre, Feux croisés, est un témoignage sur les premiers mois du soulèvement dans son pays.

Le monde littéraire syrien est donc traversé par plusieurs courants, notamment celui qui regroupe les écrivains hésitant à critiquer le pouvoir syrien, parce qu’ils préfèrent un régime laïque autoritaire à un avenir politique inconnu, hypothétiquement récupéré par une opposition religieuse sunnite, et d’autres qui ont au contraire décidé de rompre avec une certaine solidarité d’ordre strictement confessionnelle avec le pouvoir.

Xavier Luffin (ULB).


Analyses du mois

ORELA fait paraître son septième rapport sur l'état des religions et de la laïcité en…
À l’occasion de la deuxième édition du festival "La Religion dans la Cité" (Flagey, Bruxelles,…
À l’occasion de la deuxième édition du festival La Religion dans la Cité (Flagey, Bruxelles,…
À l’occasion de la deuxième édition du festival La Religion dans la Cité (Flagey, Bruxelles,…
À l’occasion de la deuxième édition du festival La Religion dans la Cité (Flagey, Bruxelles,…
C’est un comédien et humoriste inexpérimenté en politique, populiste pour d’aucuns, Volodymyr Zelensky, qui a…
Aller en haut